Home

Francais
Accéder au panier

 ::  Accueil  ::  Liste Reportages  :: 
Recherche ok
 ::  Contacts  ::  Aide pour professionnels  :: 

 ::  Trop de résultats, affichage uniquement des 50 premires photos.


  Recherche
Mot(s)-clé(s)  (séparés par des espaces)
mots-clés mis en valeur :
egypte



  Résultat de la recherche dans les reportages
Les Pyramides des Pharaons Noirs (patrimoine mondial Unesco) à mi-hauteur (Soudan et Egypte)
Les pyramides de Méroé (220 km au nord est de Khartoum) ainsi que les sites antiques de Naga et Mussawarat ont été classés le 29 juin 2011 sur...
(23 trouvées dans 125 photos) | Ref.: 20120101 (756) | Date: 24/09/2010 | Lieu: Méroé, Mussawarat, Naga, Khartoum, Assouan, Soudan | Reportages
Les Pyramides d'Egypte (patrimoine mondial Unesco) à mi-hauteur
Les pyramides d'Égypte continuent, 4000 ans après leur construction, de fasciner l'humanité. Vues aériennes et au sol de monuments qui raconten...
(3 trouvées dans 62 photos) | Ref.: 20041101 (378) | Date: 01/11/2003 | Lieu: Le Caire et environs, Egypte | Reportages
A la recherche d'Ouserkarê, le Pharaon disparu. A mi-hauteur et au sol
Le pharaon Ouserkarê a régné quelques années seulement durant la VIème dynastie de l'ancien empire égyptien. Sur le plateau de Saqqâra, l'é...
(27 trouvées dans 110 photos) | Ref.: 20031001 (377) | Date: 01/10/2003 | Lieu: Le Caire (environs), Egypte | Reportages
La nouvelle bibliothèque d'Alexandrie et le papyrus de Cléopâtre
Il y a vingt trois siècles, Alexandre et les Ptolémées collectionnaient les documents écrits dans toutes les langues et rassemblaient les plus ...
(30 trouvées dans 30 photos) | Ref.: 20011001 (366) | Date: 01/10/2001 | Lieu: Alexandrie, Egypte | Reportages
Alexandrie : Balah (6 ans), habitant de Necropolis
En creusant les fondations pour un autopont, l'équipe dirigée par Jean Yves Empereur découvre, au milieu des vestiges de la plus grande nécropo...
(0 trouvées dans 20 photos) | Ref.: 19970601 (375) | Date: 01/08/1998 | Lieu: Alexandrie, Egypte | Reportages
Alexandrie : L'archéologue Jean-Yves Empereur sur les sites de fouilles de la ville
Responsable de deux découvertes historiques majeures à Alexandrie, portraits d'un archéologue qui a su allier expertise pour le monde scientifiq...
(0 trouvées dans 20 photos) | Ref.: 19970701 (363) | Date: 01/07/1998 | Lieu: Alexandrie, Egypte | Reportages
Les Momies de Kharga : Des soldats et des paysans retrouvés intacts 2000 ans après dans le désert égyptien
Quatre scientifiques français découvrent dans les montagnes du désert libyen des momies populaires qui ont l’âge du Christ. Leur extraordinai...
(25 trouvées dans 25 photos) | Ref.: 19971201 (361) | Date: 01/12/1997 | Lieu: Kharga, Egypte | Reportages
Alexandrie : les vestiges antiques et la ville moderne
A cheval entre ses cultures orientales et méditerranéennes, portrait d'une ville fondée il y a vingt trois siècles, où la plupart des vestiges...
(0 trouvées dans 50 photos) | Ref.: 19970702 (358) | Date: 01/07/1997 | Lieu: Alexandrie, Egypte | Reportages
Alexandrie : Necropolis, la plus grande nécropole de l'antiquité
En creusant les fondations d'un autopont destiné à relier Alexandrie au Caire par autoroute, découverte des vestiges de la plus grande nécropol...
(0 trouvées dans 50 photos) | Ref.: 19970602 (360) | Date: 01/06/1997 | Lieu: Alexandrie, Egypte | Reportages
Livre : Alexandrie, la ville engloutie
(0 trouvées dans 72 photos) | Ref.: 019951001PE (408) | Date: 01/10/1995 | Lieu: Alexandrie, Egypte | Publications Edition (sc & vp)
Le Phare d'Alexandrie. Fouilles archélologiques sous-marines et découverte des vestiges de la septième merveille du monde antique.
Découverte des vestiges de la septième merveille du monde antique avec une équipe archéologique française dirigée par Jean-Yves Empereur et t...
(0 trouvées dans 41 photos) | Ref.: 19951001 (355) | Date: 01/10/1995 | Lieu: Alexandrie, Egypte | Reportages
Notre Dame de Paris - 850° anniversaire - 2° partie - La Cathédrale à mi-hauteur
A l'occasion des célébrations des 850 ans de Notre Dame de Paris en 2013 (qui auront lieu du 12 décembre 2012 au 24 novembre 2013), la cathédra...
(1 trouvées dans 200 photos) | Ref.: 20121102 (810) | Date: 16/11/2012 | Lieu: Paris, France | Reportages
Les Champions d'Olympie, reconstitution des Jeux Olympiques antiques. 3ème Partie (portraits)
A l'occasion du retour des Jeux Olympiques dans leur patrie d'origine, une équipe de producteurs, réalisateurs, historiens, archéologues, entra...
(1 trouvées dans 43 photos) | Ref.: 20040604 (386) | Date: 17/01/2005 | Lieu: Olympie, Grèce | Reportages
Saint Petersbourg (patrimoine mondial Unesco) à mi-hauteur
Saint-Pétersbourg, ancienne capitale de la Russie des Tsars, se refait une beauté. Photos aériennes et au sol à l'occasion du tricentenaire de ...
(1 trouvées dans 60 photos) | Ref.: 20030201 (371) | Date: 01/02/2003 | Lieu: St Petersbourg, Russie | Reportages

  Résultat de la recherche dans les photos
Ajouter ces résultats au panier

La clôture du choeur. Du choeur médiéval, il ne reste que les deux clôtures (les stalles ont de l'autre côté). Achevées au milieu du XIVe siècle, elles sont dans un état de conservation exceptionnel. Ici, sur la clôture nord (qui raconte la vie de Jésus) la scène de la Fuite en Egypte.*** Local caption ***The fences of the choir. From the medieval choir, there remains only these two fences. Completed in the middle of the fourteenth...
Cette fresque polychrome, retrouvée à l'intérieur du temple de Beit el-Wali (basse Nubie), représente une expédition militaire du pharaon Ramsès II (à droite, photo 89). On le voit charger un groupe de Nubiens à la peau noire ou brune, avec peaux de léopard et larges boucles d'oreilles. A gauche (photo 88), le vice-roi Amenemope offre au roi quantité de produits provenant d’Afrique, incluant sac d'or, encens, ivoire, œufs d'autruc...
Cette fresque polychrome, retrouvée à l'intérieur du temple de Beit el-Wali (basse Nubie), représente une expédition militaire du pharaon Ramsès II (à droite, photo 89). On le voit charger un groupe de Nubiens à la peau noire ou brune, avec peaux de léopard et larges boucles d'oreilles. A gauche (photo 88), le vice-roi Amenemope offre au roi quantité de produits provenant d’Afrique, incluant sac d'or, encens, ivoire, œufs d'autruc...
Ce fragment de mur peint provient de la tombe de Sebekhoptep, à Thebes (18ème dynastie, env. 1400 avant JC). On y voit des nubiens présentant produits et animaux provenant d'Afrique, lesquels sont offerts au pharaon.
Façade du musée de Nubie à Assouan (Égypte), ouvert en 1997.
Façade du musée de Nubie à Assouan (Égypte), ouvert en 1997.
Au crépuscule, le musée de Nubie à Assouan (Égypte), ouvert en 1997.
La salle principale du Musée de Nubie à Assouan. En arrière plan à droite, une statue colossale en grès de Ramsès II, qui s'élevait à l'origine sur la colonnade du temple Garf Hussein, bâti par le vice-roi kushite Setau durant la XIXème dynastie. Comme celui d'Abou Simbel, le temple de Garf Hussein fut déplacé hors de portée de la montée des eaux du lac Nasser. Au premier plan à gauche, l'égyptologue français Jean-Pierre Corte...
Dans la salle principale du Musée de Nubie à Assouan, une statue colossale en grès de Ramsès II, qui s'élevait à l'origine sur la colonnade du temple Garf Hussein, bâti par le vice-roi kushite Setau durant la XIXème dynastie. Comme celui d'Abou Simbel, le temple de Garf Hussein fut déplacé hors de portée de la montée des eaux du lac Nasser.
Trouvé à Méroé, cette double statue en basalte montre une reine et un prince portant chacun un costume méroïtique avec l'écharpe drapée sur l'épaule droite. Le prince lève le bras droit derrière la tête de la reine, comme s'il soutenait sa haute couronne. Leurs yeux étaient incrustés, chose rare dans l'art Kushite. Les deux tenaient dans leurs mains un objet, aujourd'hui disparu. 2ème siècle après JC.
Cette tête en granit du roi Taharta, frère cadet de Shabataka, est idéalisée pour se conformer aux canons égyptiens, contrairement à ses autres statues. Sa stèle dans le temple de Kawa témoigne de ses réalisations en Nubie et l’Égypte. Dynastie 25. Découverte à Karnak (Égypte).
Cette tête en granit est attribué par les historiens d'art au roi Shabataka, fils du célèbre Pi(ankhi) de la dynastie Kushite. Il a restauré de nombreux édifices religieux en Égypte, mais n'a rien laissé dans son propre pays d'origine. 25ème dynastie. Provenance inconnue.
Cette statue de granit de Khema est dédiée par son fils Saremput II. Règne d'Amenemhat II et Sésostris II, Moyen Empire
Statue en quartzite de Horenmakhet, fils de Shabaka et grand prêtre d'Amon à Thèbes sous le règne de son père et deux de ses successeurs. La sculpture est de facture purement égyptienne, sauf pour le visage, typiquement kushite. 25ème dynastie. Karnak (Égypte).
Nehi, le vice-roi koushite durant le règne de Thoutmosis III, est à genoux et tient devant lui un sceptre de la déesse Hathor. A Bouhen, il a fait ériger une stèle faisant état de sa victoire en tant que roi. De nombreuses inscriptions de Nehi ont été trouvées dans différents sites de Nubie. Granit, 18ème dynastie. Découvert sur l'île Éléphantine (Assouan).
Statue en granite de Sarenpout II, aimé de Heqaib, gouverneur d’Éléphantine (Assouan). Règne de Sésostris II et III. Moyen Empire.
Détail de la statue en granite de Sarenpout II, aimé de Heqaib, gouverneur d’Éléphantine (Assouan). Règne de Sésostris II et III. Moyen Empire.
Statue en granite de Heqaib, gouverneur et de surveillant des prêtres de Khnoum, à genoux et offrant deux vases, une attitude qui est normalement exclusivement réservée aux rois. Règne de Amenemhat III, fin de la XIIème dynastie. Sanctuaire de Heqaib. Ile Éléphantine (Assouan).
Statue en schiste de Harva, intendant de Amenardis, l'épouse divine d'Amon, un poste avec une importance considérable. Son visage semble exprimer une vie avec beaucoup d'expérience, un réalisme typique de l'art Kushite. 25ème dynastie. Karnak (Égypte).
Couronne en argent, sertie de pierres. Royaume de Koush.
Ankhnesneferibre, fille de l'un des rois saïtes, fut la dernière «épouse divine d'Amon", un titre qui imposait à son titulaire la règle de la chasteté, mais lui donnait une influence égale à celle du roi, dans la région thébaine uniquement. Schiste. XVIème dynastie. Karnak.
Cette statue-Ba ou statue-âme de Maloton, vice-roi d'Akin, le représente avec des ailes pliées et un collier avec pendentif représentant le dieu'Amon. Le disque solaire, généralement fixé sur le dessus de la tête de ce type de statue, est manquant. Grès. IIème-IIIème siècle après JC. Karanog (capitale de la Basse-Nubie pendant la période de la Nubie méroïtique).
Découverte en 1909, cette statue de babouin était l'une des quatre qui s'élevait initialement au-dessus de la petite chapelle solaire qui faisait partie du Grand Temple d'Abou Simbel (à l'époque en Nubie).
Ce petit visage (12 cm de diamètre) de femme nubienne est en plâtre peint. Les masques en plâtre peint ont commencé à apparaître pendant la XVIIIème dynastie du Nouvel Empire. La couleur jaunâtre de la peau est traditionnel pour nous signifier qu'il s'agit du visage d'une femme.
L’archéologue Philippe de CARBONNIERES. Attaché de conservation au musée Carnavalet, spécialiste du sport antique. Membre de la Mission archéologique française de Carthage (1976-81), membre de l’IFAPO (Syrie) (1981-84), fouilles en Haute-Egypte avec le Musée du Louvre (1988). Mise en place des salles permanentes d’archéologie du Musée Carnavalet (1991). Commissaire des expositions « Bronzes antiques de Paris » (1989) et « Dix...
Pyramide de Kheops (IVème dynastie) : D'une longueur de vingt mètres, le grand couloir central donne accès à la chambre du Roi.
Au Musée Egyptien du Caire, l’égyptologue français Vassil Dobrev observe le pyramidion (ultime pierre coiffant la pointe d’une pyramide) provenant de la pyramide du roi Khendjer. Ce pharaon de la XIIIème dynastie (Moyen Empire) a fait construire sa pyramide à l’extrémité sud du site de Saqqâra-Sud. Nommé Khendjer « fils de Rê », il porte un deuxième nom : Ouserkarê « roi de Haute et Basse Egypte ». D’après Vassil Dobre...
Au Musée Egyptien du Caire, l’égyptologue français Vassil Dobrev observe le pyramidion (ultime pierre coiffant la pointe d’une pyramide) provenant de la pyramide du roi Khendjer. Ce pharaon de la XIIIème dynastie (Moyen Empire) a fait construire sa pyramide à l’extrémité sud du site de Saqqâra-Sud. Nommé Khendjer « fils de Rê », il porte un deuxième nom : Ouserkarê « roi de Haute et Basse Egypte ». D’après Vassil Dobre...
Au Musée Egyptien du Caire, l’archéologue français Vassil Dobrev observe le pyramidion (ultime pierre coiffant la pointe d’une pyramide) provenant de la pyramide du roi Khendjer. Ce pharaon de la XIII dynastie (Moyen Empire) a fait construire sa pyramide à l’extrémité sud du site de Saqqâra-Sud. Nommé Khendjer « fils de Rê », il porte un deuxième nom : Ouserkarê « roi de Haute et Basse Egypte ». D’après Vassil Dobrev, p...
Au Musée Egyptien du Caire, l’archéologue français Vassil Dobrev observe le pyramidion (ultime pierre coiffant la pointe d’une pyramide) provenant de la pyramide du roi Khendjer. Ce pharaon de la XIII dynastie (Moyen Empire) a fait construire sa pyramide à l’extrémité sud du site de Saqqâra-Sud. Nommé Khendjer « fils de Rê », il porte un deuxième nom : Ouserkarê « roi de Haute et Basse Egypte ». D’après Vassil Dobrev, c...
Au Musée Egyptien du Caire, sarcophage de la reine Ankhesenpepy I, l’une des dernières épouses du pharaon Pépy Ier. Sur la dalle de pierre noire (pierre de Saqqâra-Sud) ayant servi de couvercle de fortune au sarcophage, les annales des V et VI dynasties ont été gravées. Mais entre le règne de Téti, premier roi, et Pepy Ier, troisième roi de la VI dynastie, du texte a été effacé laissant quelques traces, malheureusement très pe...
Au Musée Egyptien du Caire, sarcophage de la reine Ankhesenpepy I, l’une des dernières épouses du pharaon Pepy Ier. Sur la dalle de pierre noire (pierre de Saqqâra-Sud) ayant servi de couvercle de fortune au sarcophage, les annales des V et VI dynasties ont été gravées. Mais entre le règne de Téti, premier roi, et Pepy Ier, troisième roi de la VI dynastie, du texte a été effacé laissant quelques traces, malheureusement très peu...
Avant de déterminer le plus exactement possible l’emplacement des fouilles, Vassil Dobrev étudie à la bibliothèque de l’Institut Français d’Archéologie Orientale (I.F.A.O.) du Caire, d’anciennes cartes archéologiques du site de Saqqâra-Sud, notamment celle de R. Lepsius (datant de 1842) et celle de J. de Morgan (de 1897). Sachant que les pharaons construisaient leur pyramide suivant des axes particuliers en fonction de leurs pr...
Avant de déterminer le plus exactement possible l’emplacement des fouilles, Vassil Dobrev étudie à la bibliothèque de l’Institut Français d’Archéologie Orientale (I.F.A.O.) du Caire, d’anciennes cartes archéologiques du site de Saqqâra-Sud, notamment celle de R. Lepsius (datant de 1842) et celle de J. de Morgan (de 1897). Sachant que les pharaons construisaient leur pyramide suivant des axes particuliers en fonction de leurs pr...
Représentation virtuelle d’un temple funéraire au temps de la VIème dynastie, à la fin de l’Ancien Empire. Ici, il s’agit de celui de Pépy 1er, successeur d’Ouserkarê. A Saqqarah-Sud, ces monuments sont en mauvais état mais ils demeurent l’unique passerelle pour accéder au passé. Fouillé par les archéologues français J. Leclant et A. Labrousse, Pépy-Men-Néfer, signifiant « équilibrée et parfaite » et équivalent au ...
A l’ouest du ruban fertile de la vallée du Nil, vue aérienne du plateau de Sakkâra, aujourd’hui un désert d’où surgissent les vestiges du passé. Au nord, (a fond à gauche), se trouve le plateau de Gizeh avec les trois fameuses pyramides de la IV dynastie : Kheops, Khephren et Mykérinos. Puis les trois petites pyramides d’Abousir. Au centre, sur le site de Saqqarah, la célèbre pyramide à degrés de Djoser, datant de la III dy...
Vue aérienne du plateau de Saqqâra Sud. Au premier plan, le site de Tabbet al-Guech où l’équipe de l’archéologue Vassil Dobrev a entrepris les fouilles pour retrouver la trace du pharaon disparu, Ouserkarê. Malgré la sensation d’incompréhension qu’inspire pareille étendue, les archéologues perçoivent de mieux en mieux l’agencement de ces colossales nécropoles construites suivant des axes se recoupant les uns avec les autr...
L’égyptologue français Vassil Dobrev en hélicoptère. Depuis vingt ans qu’il travaille en Egypte, c’est avec émotion qu’il survole pour la première fois l’immense site de Saqqarah. Ce point de vue différent permet au scientifique de renforcer sa compréhension du terrain.
Vassil Dobrev, ici devant la pyramide à degrés de Djoser à Saqqarah, est archéologue-égyptologue à l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire (I.F.A.O.), fondé en 1880. Né le 30 juillet 1961 en Bulgarie, il est aujourd’hui de nationalité française et réside au Caire. Il a poursuivi son cursus universitaire à l’Université de Paris-La Sorbonne et obtenu en 1992 son Doctorat d’Histoire Ancienne (Egyptologie), in...
Vassil Dobrev, ici devant la pyramide à degrés de Djoser à Saqqarah, est archéologue-égyptologue à l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire (I.F.A.O.), fondé en 1880. Né le 30 juillet 1961 en Bulgarie, il est aujourd’hui de nationalité française et réside au Caire. Il a poursuivi son cursus universitaire à l’Université de Paris-La Sorbonne et obtenu en 1992 son Doctorat d’Histoire Ancienne (Egyptologie), in...
Novembre 2002, premiers coup de pioches de quelques ouvriers sur le site de Tabbet al-Guech à Saqqarah-Sud. L’impression de creuser au milieu de nulle part… Et pourtant, toutes les connaissances et les intuitions de l’archéologue convergent vers cet endroit.
Sur le site de Tabbet al-Guech, la fouille stratigraphique (couche après couche, de la plus récente à la plus ancienne) a commencé. A moins de 50 cm de la surface, les archéologues mettent au jour une nécropole oubliée. Ici, un sarcophage anthropoïde en bois en parfait état de conservation datant de la Basse Epoque ou époque saïte (750 – 732 av. J.C.). A cette période, les sépultures étaient directement placées sur les nécrop...
Sur le site de Tabbet al-Guech, la fouille stratigraphique (couche après couche, de la plus récente à la plus ancienne) a commencé. A moins de 50 cm de la surface, les archéologues mettent au jour une nécropole oubliée datant de la Basse Epoque ou époque saïte ( 750-732 av. J.C.). Ici, un autre sarcophage en bois. Les archéologues enregistrent les détails de la découverte et prennent des mesures pour placer le sarcophage sur les p...
Sur le site de Tabbet al-Guech, les archéologues ont commencé à mettre au jour une nécropole oubliée datant de l’époque saïte (750-732 av J.C.). Ici, le « raïs », chef des ouvriers, nettoie le squelette et le sarcophage en bois avant qu’ils soient photographiés et enregistrés dans les meilleures conditions.
Chaque sarcophage, pesant en moyenne 150 kg, est transporté à épaule d’homme sur environ deux kilomètres par des ouvriers de la fouille vers un bâtiment protégé et placé, nuit et jour, sous haute surveillance. C’est à l’intérieur de ce bâtiment que les objets sont restaurés et étudiés par des spécialistes.
Chaque sarcophage, pesant en moyenne 150 kg, est transporté à épaule d’homme sur environ deux kilomètres par des ouvriers de la fouille vers un bâtiment protégé et placé, nuit et jour, sous haute surveillance. C’est à l’intérieur de ce bâtiment que les objets sont restaurés et étudiés par des spécialistes.
Chaque sarcophage, pesant en moyenne 150 kg, est transporté à épaule d’homme sur environ deux kilomètres par des ouvriers de la fouille vers un bâtiment protégé et placé, nuit en jour, sous haute surveillance. C’est à l’intérieur de ce bâtiment que les objets sont restaurés et étudiés par des spécialistes. N’existant pas de voie d’accès particulière pour se rendre à ce bâtiment, les porteurs n’hésitent pas à tr...
Reconstitution historique sur le plateau de Tabbet al-Guech. En provenance de Memphis, capitale de l’Egypte ancienne, le pharaon Ouserkarê est accompagné de son épouse et de la cour. Il vient consulter le chef des bâtisseurs pour décider de l’emplacement de sa future pyramide. Les architectes du pharaon doivent vérifier si le plateau est propice à la construction du tombeau royal et si le monument peut s’intégrer aux axes formés...
Reconstitution historique sur le plateau de Tabbet al-Guech. En provenance de Memphis, capitale de l’Egypte ancienne, le pharaon Ouserkarê est accompagné de son épouse et de la cour. Il vient consulter le chef des bâtisseurs pour décider de l’emplacement de sa future pyramide. Les architectes du pharaon doivent vérifier si le plateau est propice à la construction du tombeau royal et si le monument peut s’intégrer aux axes formés...
Reconstitution historique sur le plateau de Tabbet al-Guech. En provenance de Memphis, capitale de l’Egypte ancienne, le pharaon Ouserkarê est accompagné de son épouse et de la cour. Il vient consulter le chef des bâtisseurs pour décider de l’emplacement de sa future pyramide. Les architectes du pharaon doivent vérifier si le plateau est propice à la construction du tombeau royal et si le monument peut s’intégrer aux axes formés...

:: Stéphane Compoint - 9 rue de la Vistule 75013 Paris France - Tel : +33 6 08 75 75 57 - email : sc@stephanecompoint.com ::
:: Tous droits réservés - www.stephanecompoint.com - Ce site web est réservé à une utilisation professionnelle ::
:: Administration - © 2005 © 2012 - Réalisation: Anakrome & iota ::