Home

Francais
Accéder au panier

 ::  Accueil  ::  Liste Reportages  :: 
Recherche ok
 ::  Commander ce reportage  ::  Contacts  ::  Aide pour professionnels  :: 



Reportages
5 mai 2021, bicentenaire de la mort de Napoléon 1er sur l'île de Sainte-Hélène
« Sainte-Hélène, petite isle » avait écrit le lieutenant d’artillerie Bonaparte sur un cahier de notes quand il était en garnison à Auxonne et lisait la « Géographie moderne » de l’abbé de Lacroix. Homme de géographie et de cartes autant que d’histoire, Napoléon ne pouvait ignorer cette escale importante sur la route des Indes, d’autant plus que, sous le Consulat et au début de l’Empire, on avait étudié la possibilité d'une expédition dans cette partie de l’Atlantique sud. Ce « Sainte-Hélène, petite isle », qui passera aux yeux des Français pour de la divination, n’était pour Napoléon comme pour l’amirauté anglaise qu'un point de géopolitique maritime, avant de devenir à son corps défendant un des lieux mythiques de l’histoire du monde.

Située à cinq degrés de longitude ouest et quinze degrés de latitude sud dans l’Océan Atlantique, l’île de Sainte Hélène est distante de 1950 km de la côte du sud-ouest de l'Afrique et de 2900 km des côtes de l'Amérique du Sud. D’une superficie de 122 km2, sa plus proche terre est l'île de l'Ascension, qui se trouve à 1125 km au nord-ouest de l'île. L'île est donc extrêmement isolée, ravitaillée uniquement par un bateau de la marine britannique, une fois par mois. Et ce n'est que depuis octobre 2017 qu'un avion assure une liaison hebdomadaire avec l'Afrique du Sud (laquelle n'est plus assurée depuis le début de la crise sanitaire de 2020).

L'île émerge à pic de l'Atlantique Sud, ce qui donne un paysage de falaises arides, entrecoupées de vallées profondes (appelées localement "boyaux"). Il y a peu de terrain plat, les sols sont rocheux et pentus et l'île ne dispose d'aucune plage de sable. Le point culminant de Sainte Hélène est le "Diana's Peak" (818 mètres). Dans la partie élevée du centre, les fourrés et la végétation subtropicale sont abondants mais plus on descend vers l'océan, plus la végétation se transforme en prairies et pâturages, avant de devenir quasi inexistante sur les terres arides se trouvant au-dessous de 500 mètres d'altitude. On trouve de nombreux petits ruisseaux de montagne sur l'île, qui se dessèchent de temps en temps durant les mois d'été. Malgré la situation tropicale de l'île, son climat est toujours doux et uniforme, grâce aux alizés du sud-est qui soufflent presque continuellement, ce qui entraîne une météo très changeante : un matin pluvieux et gris, peut souvent se transformer en une après-midi ensoleillée. Il y a d'importants contrastes climatiques entre Jamestown, la capitale, qui se trouve sous l'influence des vents du nord, et les régions intérieures. Jamestown peut être ensoleillée et légèrement pluvieuse, pendant que des endroits comme Longwood, où résidait l’empereur, subissent des brumes froides et des averses.

Les cinq mille habitants de l’île descendent principalement de colons britanniques de la Compagnie des Indes Orientales, d’esclaves du sous-continent asiatique, des Indes orientales et de Madagascar, et de manœuvres chinois, la population de l’île est de religion très diversifiée : Anglicans (majorité), Baptistes, Adventistes du Septième Jour, Catholiques, croyants de la foi de Baha'i, Témoins de Jéhovah, Nouveaux Apostoliques, etc.

Sainte-Hélène était inhabitée lorsque le navigateur portugais, João da Nova, débarqua à l'emplacement actuel de Jamestown, le 21 mai 1502. En 1659, la Compagnie des Indes Orientales britannique prit possession de l'île et y installa le premier comptoir permanent à "Chapel Valley", l'actuelle Jamestown.

C’est ce petit îlot perdu dans l'Océan Atlantique Sud qui fut choisi par le gouvernement anglais comme terre d'exil pour l'empereur déchu Napoléon Bonaparte. "Sainte-Hélène est l'endroit du monde le mieux choisi pour enfermer un tel personnage. A cette distance, dans ce lieu, toute intrigue sera interdite et, éloigné de l'Europe, il sera promptement oublié". Le premier ministre anglais, Lord Liverpool, se trompait lourdement en proférant ces quelques paroles : c'est justement de Sainte-Hélène ou s'éteignit Napoléon que la Légende prit son envol.

Débarquant du vaisseau britannique Northumberland le 17 octobre 1815, Napoléon passa sa première nuit sur l'île dans une modeste auberge aujourd'hui détruite. Le lendemain, il se rend à Longwood House, la demeure destinée à l'accueillir lors de sa captivité. Il ne s'agissait alors que d'une bicoque située sur un plateau aride et dénudé que les Britanniques firent transformer pour recevoir l'Empereur et ses proches. Durant les travaux, il s'installe dans la verdoyante vallée des Briars, dans un pavillon à proximité de la maison coloniale de William Balcombe. En décembre, Napoléon rejoint Longwood House où s'écoulent péniblement les dernières années de son existence. Entouré du baron Gourgaud, des généraux de Montholon, Bertrand et de leurs épouses, du comte de Las Cases, du chirurgien irlandais O'Meara et de quelques serviteurs, Napoléon organise sa monotone vie quotidienne entre séances de travail, audiences et promenades, toujours sous la surveillance d'un officier britannique. A partir de 1819, poussé par le Dr O'Meara à prendre de l'exercice, il entreprend l'aménagement du jardin conférant ainsi au domaine l'agréable aspect qu'il présente aujourd'hui. Napoléon mourut le 5 mai 1821. Il fut inhumé selon ses dernières volontés le 9 mai suivant près d'une source dans la Vallée du Géranium, dénommée depuis Vallée du Tombeau.

A partir de 1854, Napoléon III négocia avec le gouvernement britannique l'achat de Longwood House et de la Vallée du Tombeau qui devinrent propriétés françaises en 1858. Gérés par le Ministère des Affaires étrangères, ces deux domaines restaurés dans leur aspect de 1821 sont ouverts au public. Composée de quelques pièces, Longwood House rassemble des vestiges du mobilier original, des souvenirs de l'Empereur et des œuvres évoquant son fabuleux destin. Les communs attenants qui étaient occupés par les compagnons de Napoléon sont aujourd'hui habités par le consul honoraire de France, conservateur des Domaines français de Sainte-Hélène. La Tombe à laquelle on accède par un sentier sinueux est entourée d'une grille sommée de fers de lance. La pierre tombale est vaste et blanche, sans inscription. Elle est entourée de nombreux arbres dont douze cyprès plantés en 1840 en souvenir des douze grandes victoires de Napoléon. Offert à la France en 1959 par l'arrière petite fille de William Balcombe, le pavillon des Briars a été aménagé à l'aide des mémoires des serviteurs. Un petit musée consacré à Sainte-Hélène et aux témoins anglais de l'exil y est installé.

Durant les années 1840, Sainte-Hélène devint une base importante pour les navires de la Marine Royale, qui luttaient contre la traite négrière. En 1890, le Chef zoulou, Dinizulu, fut exilé sur l'île où il resta pendant sept ans. Il fut suivi en 1900 par six mille Boers, prisonniers de guerre, qui quittèrent l'île dès 1903. Les années qui suivirent ont été les témoins de beaucoup de pauvreté et de privation sur l'île. Dans les années 1950, l'île connut un nouveau déclin - une entreprise de mise en conserve de poisson arrêta son activité peu de temps après son lancement et la "Union Castle Shipping Line" commença à réduire ses services de frets, annonçant sa fermeture complète en 1977.

Aujourd'hui, l'île est sous statut de « Territoire d'outre-mer du Royaume-Uni ». Tranquille, paisible et accueillante, elle est subventionnée par le gouvernement britannique, mais multiplie les dispositions pour acquérir une indépendance financière plus grande.
Reportage Ref. : 20210101
Lieu: Sainte-Hélène, Royaume Uni
Date: 30/12/2020

 ::  Intéressé par ce reportage ? Téléchargez vous-même des images en basse définition ou envoyez nous un email pour des fichiers en haute définition.  :: 


 20210101-01 (49638)

 20210101-02 (49642)

 20210101-03 (49628)

 20210101-04 (49640)

 20210101-05 (49641)

 20210101-06 (49630)

 20210101-07 (49639)

 20210101-08 (49632)

 20210101-09 (49634)

 20210101-10 (49637)

 20210101-11 (49624)

 20210101-12 (49635)

 20210101-13 (49626)

 20210101-14 (49643)

 20210101-15 (49627)

 20210101-16 (49636)

 20210101-17 (49631)

 20210101-18 (49633)

 20210101-19 (49625)

 20210101-20 (49629)

:: Stéphane Compoint - 9 rue de la Vistule 75013 Paris France - Tel : +33 6 08 75 75 57 - email : sc@stephanecompoint.com ::
:: Tous droits réservés - www.stephanecompoint.com - Ce site web est réservé à une utilisation professionnelle ::
:: Administration - © 2005 © 2012 - Réalisation: Anakrome & iota ::